Accompagner, en vue de l’arrivée du tram, l’OTW et l’AOT dans la réorganisation du réseau du TEC et le développement d’un réseau de bus à haut niveau de service

En savoir plus

Le tram va apporter une solution structurelle à long terme pour le transport public dans la vallée. Mais il doit impérativement s’accompagner d’une refonte en profondeur du réseau de bus. Une réorganisation et une hiérarchisation des lignes doivent amener l’émergence de lignes à haut niveau de service. Trois paramètres sont à prendre en considération.

Premièrement, la fréquence des lignes, soit le nombre de courses opérées aux heures de pointe par sens. Actuellement, ce paramètre est déjà très bon à Liège, avec plusieurs lignes atteignant la fréquence d'un bus toutes les 5 à 6 minutes. Augmenter davantage les fréquences engendre alors de sérieux risques de formation de « trains de bus », où les bus finissent par être trop nombreux simultanément et à se gêner entre eux.

Deuxièmement, la capacité des véhicules. Les analyses de demande potentielle révèlent que les bus articulés utilisés pourraient ne plus suffire en termes de capacité de transport de passagers sur certaines lignes.

Troisièmement, l’évolution de la demande liée aux développements de Liège.

Sur base de leur saturation actuelle, deux lignes existantes du réseau doivent prioritairement passer en Bus à Haut Niveau de Service – BHNS (c’est-à-dire en bus bi-articulé offrant un grand confort et une cadence équivalente au tram) :

  • La ligne 10 entre la place Saint-Lambert et Fléron ;
  • La ligne 48 entre la gare des Guillemins et le domaine du Sart Tilman.

Sur base des potentiels des études menées, trois autres lignes de Bus à Haut Niveau de Service – BHNS doivent être créées :

Axe structurant vers Chênée, reliant le terminus « République Française » à Chênée via Grétry et le Longdoz, justifie d’y insérer un BHNS avec 2 à 3 projets de P+R permettant d'y rabattre une partie de la charge automobile de l'E25, ainsi que des vallées de la Vesdre et de l'Ourthe

Axe structurant vers Burenville / Glain, reliant le terminus de la place St-Lambert à la gare d'Ans en passant par St-Nicolas et le CHC, avec 3 à 4 projets de P+R permettant d'y rabattre une partie de la charge automobile de l'E25 et des communes alentours (St-Nicolas, Montegnée)

Nouvelle ligne structurante vers le Sart Tilman, partant de la place République Française et reliant le domaine du Sart Tilman en desservant la rive droite de la Meuse, avec deux tracés à l'étude (dont un via Colonster)

Ces lignes BHNS devront être exploitées avec du matériel adapté pour transporter plus confortablement plus de personnes. La qualité de service (fréquence, amplitude, information) sera comparable à celle du tram.

La mise en œuvre du tram et des lignes à haut niveau de service doit aller de pair avec la desserte fine des quartiers par des bus de proximité qui s’arrêtent plus régulièrement.

Il s’agit de hiérarchiser le réseau en adaptant les véhicules et leur desserte au contexte de la Ville.  

La Ville, en lien avec Liège Métropole pour la dimension métropolitaine, travaillera avec les différentes instances relevant de la Wallonie pour mettre en œuvre cette nouvelle hiérarchie du réseau de transport public (tram - BHNS - bus dans les quartiers) identifiée par le PUM.

Commentaires
22 Décembre 2021

La Ville de Liège est invitée par la Région à suivre les travaux de l'OCBM et du Comité de pilotage du transport en commun et de l’intermodalité du PUM. Dans ce cadre, elle a soutenu et obtenu la validation par l'AOT et l'OTW de la mise en œuvre de 4 lignes de bus à haut niveau de service dans le cadre de la future réorganisation du réseau de bus TEC au niveau du bassin de mobilité (à l'échelle de l'arrondissement des 24 communes de Liège). 

La Ville de Liège y plaide également un renforcement de la desserte locale et la création de des lignes améliorant les connexions entre la rive gauche et la rive droite. Enfin, une meilleure hiérarchisation des lignes et une nouvelle numérotation améliorera la lisibilité du réseau qui sera mis en place avec le tram. 

06 Octobre 2021

Le Comité de pilotage thématique transport en commun et intermodalité du PUM de septembre 2019 a présenté les orientations régionales en termes de hiérarchisation et d’ossature du réseau urbain futur liégeois. Mise en œuvre par l'OTW.

11 Mars 2021

A Liège, sur proposition du Service public de Wallonie, le Collège communal a décidé de réaménager complètement le Quai des Ardennes.

Des travaux qui seront concrétisés, en partie, à la rentrée scolaire 2020.

2 bandes de circulation sur 4

Le Quai des Ardennes, c’est une voirie à 4 bandes, deux en sortie de ville et 2 en entrée de ville. La voirie rejoint d’un côté Chênée et l’accès à l’autoroute des Ardennes, de l’autre, les quais de la dérivation et l’accès au centre-ville. L’objectif des aménagements est de diminuer le nombre de bandes accessibles aux véhicules motorisés pour dégager de l’espace pour les vélos et les piétons mais aussi pour favoriser la circulation des bus.

Les deux bandes de "sortie de ville", côté Ourthe, deviendront un large espace vélo bidirectionnel, ouvert également aux bus.

Les deux bandes de circulation d "entrée" de ville, côté maison se transforment en une voirie à double sens classique pour véhicules motorisés. Les riverains conserveront leurs emplacements de stationnement.

Plusieurs traversées cyclo-pédestres seront aussi créées entre le quartier et les bords de l’Ourthe.

Le premier tronçon de ces aménagements concerne le secteur compris entre le Pont de Fétinne et le Pont des Grosses Battes et il sera concrétisé à la rentrée scolaire 2020.