916. Réinventer la foire de Liège

Par Bérénice Lechat

Urbanisme et aménagement du territoire, Mobilité, Transition climatique, Propreté, Tourisme

Centre

88 30
  • Description
  • Commentaires
  • La foire de Liège est une véritable institution, y toucher est presque un sacrilège... et pourtant elle pose beaucoup de problèmes : 

    - consommation terrifiante d'énergie électrique, ampoules, déchets plastiques, nuisances sonores. Qui de l'écologie ? 

    - Les attractions sont de plus en plus démesurées, elles dérangent les riverains qui doivent tout de même les supporter pendant près de deux mois, en entendre les haut-parleurs hurler en boucle "il est vraiment, vraiment phénoménal lalalalaaaaa !!! ", jusqu'à minuit tous les jours. 

    -  les visiteurs sont répugnants et jettent leurs ordures à même le sol. Le sol est boueux, les poubelles publiques débordent, tout sent très mauvais. A la fin de la foire on trouve des rats morts tout le long du parc, sans doute empoisonnés par les forains. 

    - n'oublions pas que le cirque suit la foire, donc les nuisances (même si elles sont diminuées) se poursuivent jusqu'en novembre-décembre. 

    - Problèmes de parking, les automobilistes qui cherchent de la place pour aller sur la foire sont irrespecteux, ils tournent inlassablement dans les quartiers qui entourent la foire. congestion automobile, personnes alcoolisées qui prennent le volant avec enfants à bord. Et bien sûr ils jettent encore des déchets (paquets de frites, canettes de bière, emballages de lacquements dans les rues où ils garent leurs véhicules).

    - La foire empêche d'aménager correctement une immense partie du parc, où l'on ne plante aucun arbre, on ne sème aucun gazon, on ne trace aucun sentier. Bref rien du tout, des chemins de terre pendant un an, pour deux mois de foire et aux bénéfices d'un public non-riverain. 

    - Les forains installent leurs caravanes dans le parc, ils détériorent fortement les allées, et font courir un tas de canalisations dans les pelouses. On trouve, après leur départ de ravissantes ornières un peu partout. En hiver, tout cela se remplit d'eau et de déchets. 

    La solution est donc de réduire considérablement l'espace réservé à la foire d'octobre sur le site du Parc d'Avroy. Il faut imposer des normes (aussi bien sonores que spatiales) aux attractions acceptées sur le site. Il faut revenir à des manèges à taille humaine (type chevaux de bois) et moins énergivores. La police doit être présente sur le parcours, et donner des contraventions salées aux gens peu éduqués qui jettent leurs déchets comme bon leur semble. Concernant le stationnement: il faut augmenter très fortement le coût horaire des horodateurs dans le quartier de 17h à minuit durant toute la durée de la foire, afin de dissuader les visiteurs de venir en voiture, et bien sûr multiplier les contrôles policiers. Il faut délimiter clairement où peuvent s'installer les forains, mettre en place des barrières qui les empêcheront de rouler avec leurs véhicules dans les parterres du parc. Peut-être qu'une solution serait de ne plus concentrer la foire seulement aux boulevards, mais de les éparpiller dans toute la ville, sur les places minérales où la végétation ne souffrira pas. Ainsi, les visiteurs marcheraient dans le centre de Liège pour rejoindre les différentes attractions et sans doute consommeraient dans les commerces et restaurants du centre-ville.  

stefanwasser@gmail.com a écrit :
11/06/2019 23:26

Ou bien, complètement déménager la foire a l'exterieur de la ville.

Lifestyle Fitness a écrit :
21/06/2019 20:17

Super projet, cette foire ne tient absolument pas compte des préoccupations écologiques actuelles.