877. Se baigner dans la dérivation

Par Florence helium3 architectures

Urbanisme et aménagement du territoire, Transition climatique, Propreté, Sport

Amercoeur - Longdoz, Outremeuse, Vennes - Fétinne

111 22
  • Description
  • Commentaires
  • Ils l'ont bien fait, pourquoi pas nous ?

    La ville de Copenhague, ou les pays scandinaves en général, sont considérés comme étant à la pointe au niveau du développement durable. Nous avons surtout été interpellés par la place qu'à l'eau et le canal qui traverse Copenhague dans la vie de la ville.

    En effet, celui-ci est utilisé pour circuler via des navettes fluviales, construire des bâtiments emblématiques avec une bonne visibilité et un ensoleillement intéressant mais aussi se détendre via l'aménagement des berges et de piscines en pleine air.

    Autant les enfants que les adultes aiment y piquer une petite tête après une journée de travail ou d'école.

    N'avez-vous pas rêver, un jour, de pouvoir vous baigner dans les eaux de la Meuse lorsque le soleil tape sur la ville ? N'avez-vous pas jurer des mots doux concernant la limpidité de ses eaux ?

    Alors je vous le demande, pourquoi devrions-nous nous contraindre à quitter la ville pour aller chercher une piscine publique alors que nous vivons juste à côté de l'eau ?

    Pourquoi devoir payer une entrée dans un parc aquatique alors qu'il pourrait en exister un à deux pas de chez nous ? Nous ne serions plus obligé de squatter la belle piscine de notre cher ami qui habite à la campagne.

    Certes, aujourd'hui, la Meuse fait surtout le bonheur des péniches, des carcasses de voitures ou tout autre objet loufoque mais l'exemple ci-dessus montre qu'il est toujours possible de rendre à la ville son attraction d'autrefois.

    Aujourd'hui, les gens la fuient. La ville étouffe dans sa pollution. De plus, lors de journées chaudes, il est quasi impossible de se trouver une place en terrasse.

    Il suffirait de mieux gérer les rejets d'eaux usées, de rabaisser les quais afin de retrouver un rapport avec l'eau qui nous entoure mais qui nous parait en même temps inaccessible, de redélimiter les zones accessibles au voiture pour rendre la ville aux citoyens, aux piétons.

    Fermez les yeux et imaginez-vous sur les berges, et non plus dans vos voitures sur les quais, sirotant un bon cocktail par un temps ensoleillé le long de l'eau avec non loin, vos enfants jouant et sautant dans l'eau.

    Plus besoin de partir loin pour se sentir en vacances.

    Alors ne rêvons plus, agissons.

Rene Petit a écrit :
23/05/2019 11:15

WAW ! C'est le feu ce projet !

Christine Pagnoulle a écrit :
19/06/2019 22:33

d'ailleurs un 'Paris plage où il n'est pas possible de se baigner dans la Seine me semble le comble de la frustration, idem pour la Meuse (et la dérivation) à Liège.

André Lecomte a écrit :
30/06/2019 10:55

Vivement rendre l’eau aux Liegeois!!