Bienvenue sur Liège 2025

Liège 2025, c’est le programme, le cap à suivre que se donne la Ville pour évoluer avec vous lors des prochaines années.

« Avec vous », c’est comme ça que la Ville construit ses projets de ville depuis 2003.

Si chaque projet de Ville est impulsé par le Collège Communal, la dimension de la participation citoyenne y a une place affirmée.

Vous avez pu exprimer vos souhaits au cours du premier semestre 2019, désirs et envies pour la Ville de Liège à travers divers moyens : formulaires écrits, plateforme numérique, Nuit des débats, panels de citoyens tirés au sort, rencontres dans les quartiers… Merci pour vos 1603 idées et projets et bravo pour vos 97 827 votes !

Grâce à vous, la Ville de Liège a construit ce Programme Stratégique Transversal (PST) contenant 137 actions prioritaires et 12 projets métropolitains.

Ces actions qui couvrent différents domaines qu’une Ville doit prendre en compte sont aussi le reflet de vos besoins.

Cette magnifique mobilisation, nous allons vous proposer de la poursuivre tout en l’adaptant aux constantes évolutions de la société que nous connaissons.
Nous sommes donc au début d’un processus, prêt pour fixer le cap avec nous ?

La Ville de Liège

Ligne du temps

  1. Dépôt de(s) projet(s)
    et phase de vote
    Avril-juin 2019
  2. Analyse des projets déposés et des votes émis
    Juillet-août 2019
  3. Prise d'acte du projet de Ville au Conseil communal
    30 septembre 2019
  4. Mise en œuvre des actions prioritaires et suivi participatif
    2019-2025
  5. 2025

Actions prioritaires

Instaurer progressivement comme norme de référence la limite de 30km/h pour la vitesse de circulation

La vitesse excessive dans les quartiers est une des principales sources d’inquiétude et de stress des citoyen·ne·s.

A Liège, des mesures de type «quartier en zone 30 km/h» ont déjà été prises à Angleur, au Longdoz ou à Bressoux par exemple. 

Il s’agit d’aller un pas plus loin et de se donner l’objectif, d’ici à 2025, d’instaurer le 30 km/h comme vitesse de circulation dans une majorité d’artères de la Cité.

Pour atteindre cet objectif, l’espace public devra être reconfiguré et les aménagements prendront systématiquement en compte la nécessité de réguler la vitesse de circulation par des dispositifs adéquats.

D’ailleurs, de Sclessin à Coronmeuse et Droixhe, la reconfiguration des quartiers traversés par le tram sera de nature à réduire considérablement la vitesse de circulation.

Alors que les zones 30 étaient considérées comme des « dérogations » au 50 km/h et concédées devant telle école, telle rue locale ou tel quartier, elles deviendront à terme la norme et c’est le 50 km/h qui deviendra l’exception.

Une signalisation adaptée verra le jour et une campagne de communication accompagnera la mise en œuvre de cette mesure.

Une classification homogène à l’échelle de la Ville permet de mettre en cohérence les différents espaces et d’en assurer une bonne lisibilité, à l’inverse des situations où les zones 30 ne concernent que des tronçons isolés formant un patchwork peu lisible pour l’usager.

Dans ce type d’approches vertueuses, quelques exceptions devraient rester à 50 km/h (tronçons du réseau SPW), voire 70 ou 80 km/h (réseau autoroutier déjà plafonné à 80 km/h sur l’E25 en traversée de la Ville).

Au-delà de la sécurité routière, cette mesure générera également des impacts positifs en termes de lutte contre le réchauffement, de diminution du bruit et de confort en faveur des modes doux.